Biarritz For Ever

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 13 août 2013

CORRIDA: Manuel Escribano monte !

Le 11 aout nous avons vu entre autre le grand Manuel Escribano qui a su tenir tête à deux taureaux. Sa deuxième prestation plus chaotique (beaux coups de cornes dans le corps) s'est fini majestueusement. Certains moments sont à retrouver dans la vidéo ci-dessous :


dimanche 22 juillet 2012

Fêtes de Bayonne 2012

Du 25 au 29 juillet 2012 se tiendra la 80ème édition des Fêtes de Bayonne.

Verre réutilisables :

La réunion des cafetiers a aussi été l’occasion pour les membres d’Alternatiba de promouvoir la campagne Baso Berri. Cette année pendant les fêtes, des cafetiers proposeront ainsi aux clients des verres en plastique réutilisables à "louer" contre une consigne de un euro, qui sera rendue lorsque les festayres rapporteront le verre dans un bar participant.

"L’objectif de cette année est de mettre en place la campagne. Si nous arrivons à six ou sept établissements participants, ce sera un bon début". Même si les cafetiers ont jusqu’au 15 juillet pour donner leur réponse, l’initiative a séduit nombre de cafetiers lors de la réunion d’hier.

En tout cas, durant les fêtes, les cafetiers participant à l’opération seront signalés à l’aide d’affiches, et les festayres souhaitant préserver l’écologie sauront où se rendre.

Selon le site des fêtes de bayonne :

"

Ouverture et clôture officielles, défilé solennel du dimanche, visites “protocolaires” au Roi Léon ; à Bayonne, les fêtes sont empreintes de quelques codes que nous aimons partager.

Enfiler sa tenue blanche, chausser de bonnes espadrilles, afficher son plus grand sourire, s’avancer dans la foule - sans cesse grandissante ! - le foulard rouge à la main pour vivre, en communion, le coup d’envoi de cinq nuits et quatre journées de liesse populaire. Il s’agit là du premier rituel qui se vit intensément le mercredi dès 20h, sur la place de Liberté.

A 22h, avec l’ouverture officielle des fêtes couplée à la remise symbolique des clefs de la cité, le Roi Léon entre en scène. Dès le lendemain, il sera rejoint par sa Cour ; six courtisans énormes - nos “Géants” - qui incarnent nos figures emblématiques : le Fou du Roi pour l’aspect festif, le Maréchal pour le respect de l’ordre public, le Chocolatier en référence à la tradition gastronomique de Bayonne, la Gouvernante et le Médecin, garants du bien-être et d’une bonne santé et, aussi, la Favorite parce que tous les rois en ont une…

A compter du jeudi - le midi pour les trois premiers jours et à treize heures le dimanche - un rassemblement populaire, place de la Liberté, célèbre le Réveil du Roi Léon comme pour signaler le réveil de la ville à l’ambiance festive. Le dimanche, c’est “Dia de Pamplona : après le cortège officiel qui se forme en fin de matinée, après un dernier après-midi de fête, au point d’orgue de l’ultime soirée des réjouissances et devant tout son peuple rassemblé, le Roi Léon se retire au milieu de la nuit.

"

Lire le reste des informations et programmes sur leur site www.fetes.bayonne.fr

dimanche 26 avril 2009

LIVRE: Objets & Saveurs du Pays Basque

    J'ai eu la chance de recevoir un tirage du livre "Objets & Saveurs du Pays Basque" par Jacques Pavlovsky et Olivier Mony.
Le livre propose pour chacun des 50 objets basques un récit court mais souvent plein d'humour et de nostalgie, tel celui, très beau, sur la lauburu (croix basque), et en face une photographie toujours très soignée. Jacques Pavlovsky que j'ai eu la chance de rencontrer et interviewer par deux fois est pour moi une référence humaine de patriote basque qui porte sont pays dans le sang, et qui a su, après ses nombreux voyages en tant que photographe de guerre, utiliser ses ressources pour s'adonner à l'un de ses plus grand plaisir, s'occupper de son domaine à Urrugne, et traiter ses pottoks avec amour, humour et sincérité.

Résumé :

Chacun son Pays Basque ! Euskal Herria peut s'appréhender de mille manières. C'est à travers 50 objets, saveurs, animaux ou sites emblématiques que le photographe Jacques Pavlovsky et l'écrivain Olivier Mony loin du simple folklore, ont voulu dessiner les contours intérieurs de cette région à l'histoire si riche, à cheval sur la France et l'Espagne, entre terre, mer et montagne. Objets du quotidien comme l'abarka, la vaisselle basque ou l'espadrille ; magnifique cadeau en signe de bienvenue comme le makhila ; produits typiques comme le piment d'Espelette ou le jambon Ibaïona ; éléments de l'art de vivre comme le ttun-ttun, les pelotes basques ou les cuirs cloutés de chez Laffargue ; sites majeurs comme le Guggenheim de Bilbao ou le Rocher de la Vierge à Biarritz, chacune des photographies de ce beau livre se veut ainsi un hommage rendu à l'identité et au peuple basques. En regard, les textes, moins informatifs que littéraires, évoquent l'histoire et la dimension imaginaire de Chiquito de Cambo et de sa chistera, des macarons d'Adam ou des kanougas de Pariès... Immergé dans cette ambiance si particulière, le lecteur s'attardera devant le pottok sur les pentes de la Rhune, et les gourmands, qui sont passés à Bayonne et qui en ont rêvé toute l'année, retrouveront la tasse de chocolat de chez Cazenave, sous les Arceaux, accompagnée de toasts, beurre et petit pot de crème Chantilly.

A propos des auteurs :

Jacques Pavlovsky est né à Saint Jean de Luz d'un père d'origine russe, grand architecte de la Côte Basque. Photojournaliste de l'agence Sygma, il a couvert les grands événements qui ont secoué la planète. Il vit aujourd'hui à Urrugne, son pays natal, le berceau qu'il aime, celui d'où partent ses racines, la lumière et la mer, les vagues, le ciel tourmenté, les sentiers de la montagne et les chênes de sa maison.
Olivier Mony vit à Bordeaux. Critique littéraire à Sud Ouest Dimanche et au Figaro Magazine, il a reçu le prix Hennesy du journalisme littéraire en 2007. Auteur de Un Dimanche avec Garbo c'est un familier du Pays Basque.

Ce livre est disponible sur Amazon :

mercredi 17 décembre 2008

Mikel Laboa, le poète, est décédé

Sa vie, sa vie de poète, sa vie de pédopsychiatre, sa vie de pédiatre consacrée aux enfants autistes, son exhortation à la vie, l'incantation à la vie que porte chacune de ses chansons, sont connues dans le monde entier. Joan Baez a chanté Mikel Laboa. Bob Dylan a voulu partager la dernière scène de Mikel Laboa. C'était le fameux "Concert pour la paix" sur la plage de Donostia, le 11 juillet 2006. La Kelly Family, oui, les Irlandais d'Amérique, l'a inscrit à son répertoire. On s'interrogera plus tard sur le silence très compréhensible qui a entouré dans nos contrées la mort de Mikel Laboa. Un silence tricoté d'ignorance et de mépris.

mikel laboa

Né à Pasaia (province du Guipúzcoa), le 15 juin 1934, gravant son premier 45-tours à Bayonne en 1964, Mikel Laboa est mort le 1er décembre à Donostia Saint-Sébastien. Chanteur emblématique du Pays Basque, il chantait ceci, de Josean Artze : "Si je lui avais coupé les ailes/Il aurait été à moi/Il ne serait pas parti/Mais ainsi, il n'aurait plus été un oiseau/Et moi/C'est l'oiseau que j'aimais." Artze, dont Laboa a mis onze poèmes en musique, dit de son ami : "Il nous a indiqué trois voies : la recherche de la chanson ancienne, celle que nous avions tous oubliée, à laquelle il donnait une touche très personnelle. Puis, la poésie contemporaine et les textes empruntés à Bertolt Brecht ou Joyce. Et, enfin, cette percée expérimentale, faite de cris et de sons inventés, que l'on retrouve dans ses grandes séries autour du nom du port de Leikeitio."

Lire plus ici...